Contenu

Formation des actifs des secteurs agricole, sylvicole et agroalimentaire

PUBLIC :

Destinataires des formations :

Les actifs de l’agriculture et de la sylviculture à savoir, les :

  • exploitants, conjoints d’exploitants travaillant sur l’exploitation et aides familiaux,
  • sylviculteurs,
  • propriétaires de forêts,
  • entrepreneurs de travaux agricoles et forestiers (sauf exploitants forestiers négociants en bois)

et pour les actions d’ingénierie

  • les mêmes bénéficiaires que ci-dessus,
  • agents de développement,
  • formateurs et animateurs d’actions de formation et de démonstration

Sont exclus de l’ensemble des actions de formation :

  • les salariés : agricoles, forestiers, des coopératives forestières et des coopératives agricoles, et de l’agroalimentaire,
  • les experts forestiers,
  • le secteur de la forêt publique : gestionnaires des forêts des collectivités publiques et les élus des communes forestières,
  • Les secteurs de l’agro-alimentaire, de l’aquaculture et de la pisciculture.

Bénéficiaires de l’aide :
Les bénéficiaires de l’aide sont notamment :

  • les fonds d’assurance formation,
  • les organismes paritaires collecteurs (OPCA) agréés au sens de l’article L 951-3 du code du travail,
  • les organismes collecteurs agréés (OCA),
  • le centre national de la propriété privée forestière,
  • le Conseil Régional,
  • les organismes de formation professionnelle continue publics et privés déclarés auprès du ministère chargé de la formation professionnelle, uniquement dans le cas où les formations proposées ne peuvent pas s’inscrire dans les programmes gérés par les autres bénéficiaires.

OBJECTIFS :

Ce dispositif vise à structurer une offre de formation cohérente en direction des actifs des secteurs agricole et forestier afin de :

  • promouvoir des unités de production agricole et forestière modernisées et transmissibles,
  • adapter la production agricole à l’évolution de la demande,
  • développer la capacité d’innovation et d’adaptation dans la transformation fermière (les industries agroalimentaires sont exclues),
  • améliorer la compétitivité de la filière bois,
  • préserver l’état des ressources naturelles par une agriculture et une sylviculture durables,
  • promouvoir la forêt comme instrument d’aménagement durable du territoire.

Le dispositif pourra par ailleurs contribuer à favoriser l’insertion économique de publics spécifiques, tels les jeunes ou les femmes.